Rhizarthrose

QUEST-CE QUE LA RHIZATHROSE ?

La rhizarthrose ou arthrose de la base du pouce est un problème fréquent qui atteint particulièrement les femmes de la cinquantaine, et souvent des 2 côtés.

Parfois l'arthrose est la conséquence d'une fracture, d'un rhumatisme ou d'une infection. Mais le plus souvent la cause exacte de l'arthrose n'est pas connue.

Le symptôme habituel est la douleur, surtout lorsqu'elle survient lors d'activités quotidiennes comme tourner une clé, ou manipuler de petits objets.

Peu à peu, l'articulation se détériore puis se luxe : apparaît alors une déformation caractéristique de la base du pouce.

Rhizathrose

COMMENT TRAITER L'ARTHROSE DE LA BASE DU POUCE ?

Traitement médical

Initialement, le traitement comprend le repos, en évitant les gestes douloureux, associé à des anti-inflammatoires et une orthèse souple en néoprène maintenant le pouce.

La rééducation à visée antalgique et anti-inflammatoire (électrothérapie, ultra-sons) et parfois une infiltration peuvent être tentées.
 

Traitement chirurgical

rhizarthrose

Une intervention doit être envisagée si le traitement médical bien conduit pendant 6 mois à 1 an reste insuffisant.

  • L'intervention la plus simple est une chirurgie de la douleur appelée dénervation de l'articulation trapézo-métacarpienne.

Elle est proposée aux personnes jeunes et évite de toucher à l'articulation elle-même. Elle consiste en la section des petits filets nerveux qui envoient la douleur de cette articulation au cerveau. Le taux de réussite est que de 80%.

  • Une intervention plus complexe et ayant un bien meilleur taux de réussite consiste à enlever et à remplacer les surfaces articulaires douloureuses.

Cette intervention nécessite 24 heures d'hospitalisation et s'effectue sous anesthésie du membre supérieur.

Suivant l'étendue de l'arthrose, l'importance de la luxation, votre âge et votre activité professionnelle, l'articulation sera remplacée par l'interposition d'un tendon (faisant office d'amortisseur biologique).

Il n'y a donc pas de risque de « rejet » de prothèse.

Contenu modifié le 11/17/15